Le Miel et l’Homme

L’or liquide de l’antiquité

Abeille enchâssée dans un morceau d'ambre datant de 100 millions d'années

L’abeille enchâssée dans l’ambre

Peinture rupestre découverte dans la grotte de l'araignée en Espagne

Peinture rupestre – Cuevas de la Araña

Base du cône funéraire, avec détails des hiéroglyphes d'une abeille

Hiéroglyphes d’une abeille – Louvre

Des traces très anciennes

L’histoire du miel remonte aujourd’hui à la plus ancienne abeille jamais découverte. Elle est enchâssée dans de l’ambre qui date de 100 millions d’années. Ce trésor de la nature provient d’une mine de Birmanie.

La croisée des chemins entre l’homme et l’abeille a donc sans doute eu lieu en des temps bien lointains. Mais la plus ancienne trace de récolte de miel, connue à ce jour, vient d’une grotte en Espagne : las Cuevas de la Araña, les grottes de l’araignée. C’est un ensemble de grottes situées près de Bicorp. Elles furent découvertes en 1920.

Une peinture rupestre très spéciale

Dans cette fameuse grotte espagnole, une peinture dénote parmi plus d’une centaines de peintures identifiées. Elle représente une forme humaine avec un panier sur le dos, tenant une corde, une échelle ou des lianes. De toute évidence, la personne récolte le miel sur un arbre en introduisant son bras à l’intérieur de la ruche sauvage. Quelques abeilles volent autour du personnage. À ce jour, cette peinture rupestre est la première preuve de la collecte du miel dans la préhistoire. Elle date de 8000 ans. Mais il y a sans doute d’autres découvertes à venir. À n’en pas douter, elles feront remonter l’histoire du miel et de l’homme à des temps encore plus anciens ! L’avenir nous le dira.

La plus ancienne ruche connue ?

Des archéologues ont découvert des traces de cire d’abeille sur des tessons de poteries provenant d’Europe, du Proche-Orient et d’Afrique du Nord. Ces signatures chimiques, distinctives du nid d’abeille ou de la cire d’abeille, datent d’au moins 9000 ans. Au bout du compte, les chercheurs font l’hypothèse suivante : la poterie fut utilisée pour récolter le miel des nids d’abeilles sauvages. Ou alors, elle fut une sorte de ruche artificielle. Là encore, l’histoire du miel nous en dira sans doute plus dans un avenir proche ?

Une Reine pour l’Homme

À l’époque de l’histoire écrite et de la religion, les abeilles occupent une place prépondérante dans l’imagination et les mythes humains. De nombreux récit retracent peu à peu l’histoire du miel et des hommes.

  • Selon Porphyre, toutes les abeilles sont les âmes des nymphes qui avaient été au service d’Aphrodite durant leur vie… en particulier dans son temple d’Eryx où son symbole était un nid d’abeilles en or. Les prêtresses de la déesse étaient appelées melissae, ce qui signifie « abeilles ». Au temple éphésien d’Artémis, les melissae étaient accompagnées de prêtres eunuques appelés esséniens, ce qui signifie « bourdons ». On s’adressait également à la déesse Déméter en l’appelant « la pure mère abeille ».
  • Une ancienne dirigeante matriarcale d’Israël est Deborah, dont le nom signifie « reine des abeilles ».
  • Dans le Kalevala, la mère de Lemminkainen utilise du miel magique pour rendre la vie à son fils, avec l’aide de Mehilainen l’abeille.
  • Même le culte patriarcal de Mithra vénère la déesse de la lune en tant que créatrice du « miel utilisé pour les purifications ».

Le miel dans la préhistoire

Les archéologues et les plongeurs en eaux profondes ont découvert toutes sortes d’aliments et de boissons qui remontent à la préhistoire. Certains d’entre eux proviennent d’anciennes tombes et d’autres ont été découvert dans les cales d’épaves abandonnées.

La découverte de miel dans la tombe du pharaon égyptien Toutankhamon, il y a 3350 ans, fut longtemps une référence. Ce miel pharaonique a en effet été considéré comme le plus ancien miel connu au monde.

Cependant, en 2003, lors de la construction de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan en Géorgie, une collection de jarres en céramique a été découverte dans la tombe d’une femme noble non loin de Tbilissi. Celle-ci contenait ce qui est maintenant connu comme la plus ancienne trace de miel au monde ! Elle date d’environ 5 500 ans.

Dans la mythologie grecque, Melissa est une nymphe qui a découvert et enseigné l’utilisation du miel. Elle aurait donné son nom aux abeilles.

Considéré comme le nectar des dieux, le miel est manifestement aussi vieux que l’abeille.
Mais l’histoire du miel et de l’homme ne nous a sans doute pas encore tout dit !

L’art ancien de la collecte de miel

Récolte du miel sauvage dans les falaises de l'Hymalaya

La collecte traditionnelle du miel est un art transmis depuis des siècles

Une tradition ancestrale dans l’histoire du miel

Depuis des siècles, les tribus Gurung du Népal récoltent du miel sur les falaises de l’Himalaya. Depuis toujours, ils travaillent au péril de leur vie ! C’est une tradition ancestrale qui se transmet de génération en génération.

Le peuple Gurung, également appelé Tamu, est une tribu indigène qui vit dans les vallées montagneuses du Népal. Les Gurungs sont de grands chasseurs de miel. Depuis des siècles, ils risquent leur vie pour collecter les rayons de miel sur les falaises de l’Himalaya. Et depuis toujours, ils utilisent des échelles de corde faites à la main et de longs bâtons appelés tangos. La plupart des nids d’abeilles sont situés sur des falaises escarpées et inaccessibles. Ainsi, ils sont ainsi hors de portée des prédateurs, et également plus exposés à la lumière du soleil.

Une histoire du miel et des dieux

Avant de commencer leur collecte, les chasseurs de miel accomplissent une cérémonie pour apaiser les dieux des falaises. Traditionnellement, ils sacrifient un mouton, offrent des fleurs, des fruits et du riz, et prient les dieux de la falaise d’assurer la sécurité des collecteurs. Divine Himalayan ne rompt pas avec la tradition ! Mais Ganesh l’adapte à son histoire et son expérience. Avant de descendre dans les parois recueillir le miel, il médite en silence, prie et fait un rituel d’offrande au feu : du ghee, des grains de riz, etc.

Dans tous les cas, cette récolte périlleuse ne peut jamais avoir lieu sans la protection des dieux ! Depuis, toujours, les dieux font parti de l’histoire du miel !
Imaginez-vous descendre le long de falaises de quarante mètres, sans harnais. Voyez-vous sur des échelles de corde fabriquées à la main avec de longues herbes sèches. Visualisez toutes ces longues herbes sèches tissées entre elles. C’est ainsi que sont réalisé les deux cordes dans lesquelles sont insérés des bambous pour fabriquer l’échelle. Vous voyez clairement la scène ? Peut-être comprenez-vous désormais la valeur de ces produits ?

La chasse au miel

Les chasseurs de miel utilisent de la fumée pour écarter les milliers d’Apis Laboriosa, la plus grande abeille du monde. Ils utilisent de longs bâtons appelés tangos, munis d’une faucille à l’une de leurs extrémités. Grâce à ces bâtons spéciaux, ils découpent les nid d’abeilles accrochés à la paroi. À l’aide d’un autre bâton, ils guident leur panier suspendu à côté d’eux pour attraper les rayons d’abeilles. Puis ils redescendent le panier au sol. Et le jeu continu ainsi des heures durant. Cette pratique n’a pas changé depuis des siècles !

Dans l’Himalaya, l’histoire du miel prend des allures d’aventures incroyables !

Un art en voie de disparition

Une histoire du miel en pleine mutation

Aujourd’hui, la collecte de miel au Népal est menacée par plusieurs facteurs :

  • Le nombre d’abeilles diminuent en des proportions inquiétantes en raison du changement climatique.
  • Les chasseurs de miel sont de moins en moins nombreux, car de plus en plus de jeunes hésitent à apprendre le métier.
  • La réputation médicinale croissante du miel de l’Himalaya crée des abus. Ainsi, le gouvernement accorde des droits de récolte à des entrepreneurs qui surfent simplement sur la vague du profit avant tout.
  • Enfin l’offre de « circuits de chasse au miel » aux touristes, conduit à l’épuisement des ressources pour les chasseurs de miel traditionnels.

La Démarche de Divine Himalayan

Ganesh connait trop bien l’art de cette récolte et l’extrême rudesse de la vie dans les régions reculées de l’Himalaya. Ce faisant, Divine Himalayan entreprend diverses actions à différents niveaux : cf la page Éthique et Pérennité. Cette sensibilité nous amène à construire une clientèle fraternelle à taille humaine : dans nos cœurs et dans nos actes, la qualité prime sur la quantité.

Dans le même esprit, Ganesh propose des « chasses au miel » ouvertes aux amoureux de la nature et de la beauté. Il invite les photographes, vidéastes, journalistes et autres aventuriers du cœur, à l’accompagner dans l’Himalaya. Chacune et chacun peut alors repartir avec des images incroyables et de belles histoires à raconter.

Ainsi continue l’histoire du miel et de l’homme.

À l’image de l’abeille, Divine Himalayan existe pour le Bien-Être de tous plutôt que pour le profit d’un seul

Abeille couverte de pollen

Crédits

Cette page a été réalisée à partir des articles publiés par
Joanna Gill, Cecilia Bogaard, Mark Miller, et Ashley Cowie,
sur le site anglais : « Ancient Origins »